Communiqué de la CFDA

Associations engagées ensemble dans la défense des droits fondamentaux, et particulièrement du droit d’asile, nous nous inquiétons des discours remettant en cause la légitimité pour les Afghanes et Afghans de demander asile et protection en France.

Nous constatons que, depuis la prise de Kaboul par les talibans, des Afghans en France ont fait l’objet de décisions de refus d’asile ou d’obligations de quitter le territoire français.

Nous rappelons que la très grande majorité des réfugié-e-s afghan-e-s le sont actuellement dans les pays limitrophes et nous estimons que l’Europe et la France doivent prendre toute leur part dans l’accueil de celles et ceux qui doivent fuir un régime de terreur.

Nous adressons une lettre ouverte au gouvernement français et aux organismes traitant de l’asile (Ofpra et CNDA) proposant un ensemble de mesures concrètes allant dans ce sens basées sur :

  • une interprétation et une application large de la convention de Genève sur les réfugiés et de la législation française et notamment une reconnaissance à priori comme réfugiées des femmes et des filles ;
  • la prise en compte de toute demande de réexamen de leur demande des personnes précédemment déboutées, au vu de la nouvelle situation ;
  • l’arrêt de toute expulsion vers l’Afghanistan au vu des risques de mort ou de traitements inhumains encourus ;
  • la suspension de toutes les mesures dites « Dublin » de renvoi vers des pays qui risquent de les expulser vers l’Afghanistan ;
  • un accueil dans de bonnes conditions pour tous ;
  • la suspension de l’exigence de visa et la facilitation des démarches pour les personnes tentant de quitter l’Afghanistan, la facilitation des demandes de regroupement et réunification familiales des proches des Afghans vivant en France ;
  • le respect du principe de non refoulement aux frontières pour les personnes fuyant l’Afghanistan ;
  • une prise de position ferme de la France au niveau des instances européennes pour que l’accès au territoire européen leur soit garanti et que soient développées des voies d’accès légales et sures ;
  • un engagement pour la protection de toutes celles et tous ceux, et notamment les défenseurs et défenseuses des droits, restés au pays et qui y sont menacés.

>> Lire le courrier de la CFDA au Ministre de l’Intérieur

Coordination française pour le droit d’asile (CFDA):

Action des chrétiens pour l’abolition de la torture (Acat) ; Avocats pour la défense des droits des étrangers (ADDE) ; Amnesty International – Section Française ; Association pour la Reconnaissance des droits des personnes homosexuelles et trans à l’Immigration et au Séjour (Ardhis) ; Association d’avocats liés au Conseil Européen pour les Réfugiés et Exilés (Elena-France) ; La Cimade (Service œcuménique d’entraide) ; Comité pour la santé des exilés (Comede) ; Dom Asile ; Fédération des associations de solidarité avec tou-te-s les immigré-e-s (Fasti) ; Groupe accueil et solidarité (Gas) ; Groupe d’information et de soutien des immigré.e.s (Gisti) ; Jesuite Refugee Service (JRS-France) ; Ligue des droits de l’Homme (LDH) ; Médecins du Monde ; Mouvement contre le racisme et pour l’amitié entre les peuples (Mrap) ; Centre Primo Levi (Centre de soins et soutien aux victimes de la torture et des violences politiques) ; Secours Catholique (Caritas France).