Visitez le site du photographe Sandro di Carlo Darsa

Actualités » Actualités » Actualités Dom'Asile 2011


PDF Imprimer Envoyer


Les demandeurs d’asile,

Abandonnés par l’Etat mais pas par nous !


Les personnes persécutées dans leur pays d’origine qui viennent demander l’asile en France rencontrent de plus en plus d’obstacles pour obtenir la protection de notre pays. L’une des dernières mesures du précédent Ministre de l’Intérieur fut de lancer une réforme de leur accueil. L’Etat ne veut financer plus que des lieux d’information et d’orientation. Fini l’accompagnement dans l’accès à la procédure ou aux droits sociaux. Pire encore, certaines personnes en seront exclues avant la fin de leur procédure.

 

Dom’Asile est une des victimes collatérales de cette réforme. Notre association n’a pas voulu devenir « un outil de gestion des flux », selon la formule de l’administration. Notre association a continué à promouvoir un accueil inconditionnel des demandeurs d’asile. Dans ses onze centres répartis sur toute l’Ile-de -France, elle continue de proposer une domiciliation postale et un vrai accompagnement des personnes dans leur accès aux droits. Pour M. Guéant, c’était intolérable, il fallait que nous disparaissions.

 

Juste avant de quitter ses fonctions, le Ministre de l’Intérieur a choisi de faire couper le financement étatique et européen de Dom’Asile, soit plus des deux tiers de son budget 2012. D’autres associations refusant un nivellement par le bas de leurs missions connaissent les mêmes coupes drastiques.

 

Dom’Asile rappelle que l’accueil des demandeurs d’asile est une mission d’État, encadrée par des textes internationaux. L’argent pour l’accueil ne manque pas, le Fonds Européen pour les Réfugiés, prévu pour aider la France à tenir ses obligations en la matière, a augmenté de 35% en 2012.

 

Nous sommes dans une situation d’urgence. En étant fidèle à nos engagements, nous continuons à accueillir tous les exclus du dispositif financé. Nous accompagnons dans la durée les personnes désorientées, qui arrivent dans notre pays supposé leur permettre de bénéficier de certains droits, mais sans aucune aide pour y accéder. Nous devons contrer cette dangereuse réforme de l’asile, héritage d’un gouvernement chassé par les urnes. Nous devons participer à faire entendre à la nouvelle équipe en place la voix des personnes victimes de persécutions, qui ont besoin de la protection de la France. Si l’action de l’association repose essentiellement sur la participation de 170 bénévoles, elle nécessite le concours d’interprètes pour accueillir un public souvent non francophone et de coordinateurs, référents juridiques.

 

Remettre en cause le financement de Dom’Asile, c’est remettre en cause un service reconnu de défense du droit d’asile. Pour qu’une équipe salariée puisse continuer à animer et à soutenir l’action des bénévoles de notre association auprès des demandeurs d’asile, nous avons besoin de votre soutien. Notre association, à vocation sociale et humanitaire, a été reconnue d’intérêt général. Votre don ouvrira donc droit à une réduction d'impôt sur le revenu égale à 66 % de son montant, dans la limite de 20 % de votre revenu imposable (article 200 du Code Général des Impôts). 

Vous trouverez plus d'informations dans ce document : voir ici